LE CABINET

LES HORAIRES

NOUS CONTACTER

Préambule

Cette charte a pour objectif de maintenir l’essence des thérapies Esséniennes et Égyptiennes telles que transmises selon la Méthode complète par Marie Johanne Croteau-Meurois et Daniel Meurois.
Elle vise également à maintenir chez les praticiens et les formateurs, un niveau d’exigence propre à l’exercice de ces soins dans le temps.
La présente charte concerne :

  • les praticiens et les formateurs ayant suivi le cursus de la méthode enseignée par Marie Johanne Croteau-Meurois et Daniel Meurois, qui ont obtenu leur certificat d’aptitude et qui sont référencés sur le site www.esseniens.com .

  • les praticiens ayant obtenu leur certificat suite à une formation transmise par un formateur référencé sur le site www.esseniens.com .

Elle stipule que :

  • La présente charte est publiée sur le site www.esseniens.com

  • Le certificat de fin de formation est un gage de compétence pour le praticien en soins esséniens et égyptien et le rend apte à l’exercice de cette pratique. Il doit pouvoir en justifier auprès de ses patients.

Marie Johanne Croteau-Meurois et Daniel Meurois ne sauraient être tenus pour responsables d’erreurs ou d’abus commis par un praticien ou un formateur non respectueux de la présente charte

Principe 1 : Respect des droits de la personne

Le praticien et/ou le formateur réfère son exercice dans le respect des droits fondamentaux des personnes, et spécialement de leur dignité, de leur liberté et de leur protection. L’intérêt du patient est prioritaire.

  • Il s’attache à respecter l’autonomie d’autrui.

  • Il préserve la vie privée et l’intimité des personnes en garantissant le respect du secret professionnel.

  • Le praticien informe le patient sur la démarche et les limites de sa pratique.

Principe 2 : Pratique des « soins esséniens-égyptiens »

Les soins à sensibilités esséniennes et égyptiennes constituent une approche thérapeutique globale de l’être humain. Ces soins sont de nature holistique et requièrent de la part du thérapeute un état d’esprit reflétant la Conscience du Sacré et une démarche de compassion, hors de tout dogme.
Il doit être clair que les pratiques en thérapies esséniennes et égyptiennes ne sont pas là pour se substituer à la médecine de notre temps. Le thérapeute, sauf exception, n’est pas médecin et ne doit pas se prendre pour tel ou en donner l’impression.
Il s’attache plutôt à ce qu’il y ait idéalement et en parallèle à ce qu’il offre, un suivi de son patient par le corps médical, tout au moins en cas de pathologie manifestement sévère ou préoccupante.
Le thérapeute en soins esséniens-égyptiens n’utilise que des techniques manuelles dont certaines impliquent un contact direct avec la peau auquel peut être associée l‘utilisation d’huiles – dont certaines ¨essentielles¨- en onction.
Le praticien et/ou formateur n’applique que les méthodes thérapeutiques et les techniques pour lesquelles il a été formé et jugé apte à pratiquer. Il veille au maintien et à l’amélioration de ses connaissances dans le but d’assurer des soins de qualité.
En cas d’utilisation d’autres pratiques, il doit en informer le patient et s’assurer que celui-ci ait bien compris qu’il ne s’agit pas de soins esséniens et égyptiens.
Le praticien et/ou le formateur s’efforce de recueillir les attentes de son patient et d’accueillir son ressenti.
Si une problématique présentée par le patient n’entre pas dans la capacité d’agir du praticien, ce dernier suggère au patient de s’orienter vers un autre professionnel de son choix, reconnaissant ainsi les limites, à la fois de sa compétence et de sa pratique.

La lecture d’aura reste une pratique subsidiaire et réservée aux thérapeutes maîtrisant cet outil.

Le praticien et/ou formateur s’assure que les mineurs et les personnes avec un handicap mental soient obligatoirement accompagnés d’un parent adulte ou d’un tuteur légal.

Principe 3 : Lieu et conditions d’exercice

Le praticien et/ou le formateur doit pouvoir disposer d’un lieu d’exercice propre, accueillant et adéquat pour préserver la confidentialité avec les personnes qu’il reçoit.
Il doit porter une tenue correcte et soignée, compatible avec la pratique des soins esséniens et égyptiens tels que décrits dans ¨Le grand livre des thérapies esséniennes et égyptiennes¨.